Les dimensions humaines de la biodiversité

 

 

Cet axe met l’accent sur la contribution de la biodiversité pour la santé et les moyens d’existence. Les projets dans le cadre de cet axe explorent les liens entre le sens et la valeur de la biodiversité et une approche écosystémique intégrée de gestion et de prise de décision dans un contexte d’atténuation des effets des changements climatiques. Cet axe de recherche réunit une panoplie d’acteurs des Premières Nations, des organisations Métis et Inuits, OBNL (par ex. le Consortium ICCA), des agences gouvernementales et des organisations internationales (par ex. CBD) afin d’explorer le sens et la valeur des diversités biologiques et culturelles. Nous voulons ainsi développer une meilleure compréhension des facteurs menant à la perte de diversité bio-culturelle et examiner les solutions et les meilleures pratiques, et étudier les façons d’améliorer l’inclusion des liens nature-culture dans la gestion et la gouvernance des ressources. 

 

Les recherches menées dans le cadre de l’axe 4 sont alignées avec deux des cinq objectifs du Plan Stratégique de la Convention sur la diversité biologique qui souligne l’importance (D) d’augmenter les bénéfices de la biodiversité et des services écologiques à tous et (E) d’améliorer la mise en œuvre par la planification participative, la gestion des connaissances et le renforcement des capacités. Ces recherches menée sont aussi liées au Programme d’action conjoint UNESCO-CBD sur la diversité bio-culturelle. De plus, les recherches menée dans le cadre de l’axe 4 correspondent aux enjeux V à VIII du programme Future Earth : v) promouvoir un futur rural durable afin de nourrir une population croissante et plus aisée, vi) améliorer la santé humaine en élucidant et améliorant notre compréhension des interactions complexes entre les changements environnementaux, la pollution et les pathogènes, vii) encourager la production durable et équitable par une compréhension accrue des impacts sociaux et environnementaux de la consommation des ressources, viii) augmenter la résilience sociale aux menaces futures en développant des systèmes de gouvernance adaptatifs.

Les chercheurs impliqués dans l’axe 4 collaborent avec plusieurs institutions parmi lesquelles le Secrétariat des Nations Unies pour la Convention sur la Biodiversité Biologique, le consortium OURANOS, le centre pour la conservation et le développement autochtones alternatifs, le Loyola Centre for Sustainability Research à l’Université Concordia, le Centre de la biodiversité de l’Université de Montréal, le jardin botanique, plusieurs ministères (MAPAQ, MDDELCC), des principales ONG nationales et internationales (SNAP, ICCA Consortium) et d’autres organismes nationaux et internationaux ou des programmes comme Future Earth.

 

But de la recherche

  • Améliorer notre compréhension des systèmes socio-écologiques
  • Améliorer nos connaissances et promouvoir l’échange et le dialogue indispensables sur les liens entre la diversité biologique et la diversité culturelle, en vue des défis du développement durable, y compris le changement climatique, l’alimentation et l’agriculture, l’approvisionnement en eau, la réduction de la pauvreté, la dégradation des services écologiques, l’étalement urbain et les systèmes de connaissances.
  • Améliorer notre compréhension des mécanismes décisionnels pour la gestion de la biodiversité dans les communautés locale et indigènes, localement et globalement, dans le Nord et le Sud.
  • Développer des stratégies de gestion de la biodiversité qui soient scientifiquement solides, socialement acceptables et politiquement faisables à toutes les échelles grâce á une gouvernance appropriée.

 

Thème de l’Axe 4:

Thème 4.1. Biodiversité, connaissances et cultures

Ce thème se concentre sur la biodiversité culturelle et son expression dans les systèmes de connaissances locaux et autochtones. En développant des partenariats avec les parties prenantes et des coproduction de connaissances , il sera possible de développer notre compréhension dans différents domaines, en particulier ce qui concerne la relation que les humains entretiennent avec la biodiversité. Ces liens entre les systèmes sociaux et naturels sont cruciaux en particulier dans les communautés locales et autochtones qui dépendent encore largement des ressources naturelles pour leur subsistance (pêche, chasse et capture, etc.). L’impact humain sur la biodiversité est largement déterminé par la valeur culturelle attribuée à la biodiversité; de même, la biodiversité, son statut, les tendances et les services qu’elle fournit influencent l’expression culturelle des peuples. Ces liens entre les systèmes sociaux et écologiques revêtent une importance particulière pour les initiatives de conservation qui adoptent une approche collaborative multi-acteurs de la prise de décision. Ce thème est construit autour d’une compréhension du comportement humain et des interactions avec la biodiversité. Cela conduit à mettre l’emphase sur le rôle important de l’implication des parties prenantes dans la gestion de la biodiversité et à démontrer comment les interactions entre les systèmes sociaux et écologiques peuvent être prises en compte dans la planification de la conservation.

Thème 4.2. Biodiversité, sécurité alimentaire et souveraineté alimentaire

Ce thème est centré sur la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire, les moyens de subsistance durables, l’agriculture et la production alimentaire dans les agro-écosystèmes modernes. On examine en particulier les systèmes alimentaires locaux et traditionnels, les connaissances traditionnelles associées à la sécurité alimentaire, la gouvernance de la sécurité alimentaire et les droits de l’homme liés à la sécurité alimentaire. La sécurité alimentaire multi-scalaire et la souveraineté alimentaire seront examinées dans le contexte du renforcement des relations internationales et du commerce.

Thème 4.3. La contribution de la biodiversité à la santé et au bien-être

Le thème 4.3 se concentre sur le lien entre la biodiversité et la santé comme contributeur majeur au bien-être des individus et des communautés comme cela a été mentionné dans l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire. Le bien-être peut dans bien des cas être associé à l’accès à des sources de nourritures saines et nutritives ainsi qu’à des choix de vie. Souvent, la santé, le bien-être psychologique et la spiritualité sont confrontés à des décisions de gestion de la biodiversité, des habitats et des espèces. Les menaces importantes pour la santé et le bien-être incluent l’émergence de maladies et de pathogènes suite à des changements locaux comme globaux.

Thème 4.4. Accès aux connaissances sur la biodiversité et partage des bénéfices de son exploitation dans un contexte international

À la lumière de menaces sur la biodiversité et l’accroissement de l’intérêt commercial pour des ressources génétiques, les chercheurs de ce thème se concentrent sur des questions clés sur la diversité génétique et sur l’accès, la gestion et le partages des bénéfices associés à l’information génétique. Les chercheurs étudient également l’influence des règles environnementales sur les acteurs et l’effet des problèmes environnementaux sur le droit international public. D’autres chercheurs étudient l’intégration de la biodiversité dans l’éducation et l’apprentissage. Ce thème est directement en lien avec le protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des bénéfices (ABS), lui-même lié au troisième objectif de la Convention sur la diversité biologique (CDB).