Changements climatiques et érable à sucre

Quand l’érable à sucre grimpe des montagnes...


Photo credits - Morgane Urli
Il est maintenant connu que la distribution des arbres se déplace en réponse au réchauffement climatique. Différents facteurs environnementaux peuvent expliquer ce changement de distribution, mais leur relation avec les changements climatiques est encore mal comprise. Pour tenter d’identifier ces facteurs, la stagiaire post-doctorale Morgane Urli, sous la direction de Mark Vellend, mène un projet de recherche au parc du Mont-Mégantic en se concentrant sur une espèce présentant un intérêt économique pour le sud du Québec : l’érable à sucre. Plus précisément, ce projet consiste à déterminer les facteurs qui contrôlent la régénération de l’érable à sucre le long d’un gradient altitudinal comprenant l’écotone forêt décidue-forêt boréale. L’abondance des arbres adultes diminue avec l’altitude jusqu’à leur limite altitudinale. Or, il a été observé que la densité de semis d’érable à sucre est plus élevée en haute altitude qu’en basse altitude. Sous l’effet du réchauffement climatique, de nouveaux habitats deviennent favorables aux semis, ce qui expliquerait ces observations. Cependant, il est surprenant d’observer une régénération plus faible des semis vers les basses altitudes, au cœur de la distribution de l’érable à sucre, là où les arbres adultes sont les plus abondants. Nos deux principales hypothèses pouvant expliquer cette tendance sont une prédation par les insectes spécialistes de l’érable plus forte vers les basses altitudes et une disponibilité en eau différente pour les semis selon l’altitude. Une expérimentation de transplantation est actuellement en cours le long de ce gradient afin de tester ces hypothèses. Pour plus d’informations sur cette expérimentation, rendez-vous sur chercheurjourapresjour.blogspot.ca Cliquez ici pour plus d'informations.