Maïté Ribère

Université de Montréal
M.Sc. candidate

Supervisor: François-Joseph Lapointe
Start: 2016-02-01
End: 2016-06-30

Project

Restauration partielle du microbiote chez les enfants nés par césarienne via un transfert de microbiote vaginal
Ces cinq dernières années ont été marquées par un nombre croissant de publications portant sur le microbiote, et ont permis de mettre en évidence son importance dans le développement et le maintien de processus métaboliques fondamentaux. Le microbiote intestinal a été le premier à être exploré, notamment chez les patients atteints de pathologies gastro-entérologiques chroniques. Plus récemment, c’est le microbiote du nouveau-né qui a fait l’objet de nombreuses recherches, et plus particulièrement le lien entre le développement de celui-ci et la voie d’accouchement. L’exposition des nouveau-nés au microbiote vaginal maternel est rendue impossible lors de l’accouchement par césarienne. Les enfants nés par césarienne ont un donc microbiote qui diffère de ceux nés par voie vaginale, et la césarienne a été associée à un risque accru de troubles métaboliques au niveau immunologique. Pour pallier à ce problème, il a été proposé de traiter ces nouveaux-nés par une greffe du microbiote vaginal de la mère, afin de rendre le microbiote des enfants nés par césarienne semblable à celui des enfants nés par voie vaginale. Bien que les conséquences à long terme sur la santé de la restauration du microbiote chez les nouveaux-nés restent mal connues, nous présenterons les résultats d’une étude qui démontrent que celui-ci peut être partiellement restauré à la naissance chez les enfants nés par césarienne.

Keywords

Microbiome