Daniel Blouin

Université de Montréal
Candidat M.Sc.

superviseur(e): Stéphanie Pellerin
Monique Poulin
Début: 2015-01-05
Fin: 2016-12-15

Projet

Homogénéisation spécifique et fonctionnelle de la flore spontanée en milieu urbain
La destruction et l’altération des habitats naturels associées à l’urbanisation favorisent généralement l’extinction de populations locales d’espèces indigènes spécialistes et l’introduction d’espèces généralistes cosmopolites. Ce remplacement graduel des communautés régionales distinctes par des communautés cosmopolites est appelé homogénéisation biotique. L’homogénéisation de la flore a souvent été étudiée en comparant des listes d’espèces entre plusieurs villes. Ce type d’étude inclut une grande hétérogénéité environnementale, ce qui ne permet pas de distinguer l’effet de l’intensité d’urbanisation de l’effet de l’hétérogénéité environnementale sur l’assemblage des communautés végétales en milieu urbain. Les objectifs de mon projet sont d’étudier les patrons de biodiversité spécifique et fonctionnelle des communautés de flore spontanée le long d’un gradient d’urbanisation et de distinguer le rôle de l’urbanisation du rôle de l’hétérogénéité environnemental dans le processus d’homogénéisation. Des relevés de végétation seront effectués pour 5 microhabitats (haie, bord de mur, clôture entretenue, clôture non entretenue, friches) le long d’un gradient d’urbanisation pour les Communautés métropolitaines de Montréal et de Québec. Les traits agrégés seront calculés à partir des abondances relatives et d’une base de données de traits susceptibles d’affecter le succès d’une espèce en milieu urbanisé. Ils permettront d’étudier la structure fonctionnelle des communautés, et de déterminer si l’homogénéisation spécifique est accompagnée d’une homogénéisation fonctionnelle.

Mots-clés

urban biodiversity, homogenization, functional diversity, community assembly