Subvention de démarrage 1 : Les services écologiques, la biodiversité et la fragmentation des forêts en Montérégie
Elena Bennett (McGill University), Martin Lechowicz (McGill University), Andrew Gonzalez (McGill University),
+
La prestation de services écosystémiques (SE) dépend de l’interaction complexe entre la biodiversité, la structure paysagère et l’activité humaine. Néanmoins, notre compréhension actuelle des mécanismes reliés à la prestation de services écosystémiques demeure rudimentaire. La connaissance incomplète de ces relations et de leur rôle dans la prestation des SE a entraîné le déclin de certains de ces services. La gestion efficace des SE actuels et futurs ainsi que de la biodiversité requière une meilleure compréhension de ces relations basée sur des modèles de gestions réalistes. L’objectif global de notre équipe est de développer et de tester empiriquement un cadre conceptuel reliant structure paysagère, biodiversité et SE. Ce cadre servira ensuite à créer des outils de prise de décision pour les communautés locales et ainsi, faciliter leur gestion des paysages pour multiples SE dans un contexte de changement local, régional et global.
Subvention de démarrage 2 : La diversité végétale des tourbières du Québec et les niches écologiques de plantes vasculaires
Stéphanie Pellerin (Université de Montréal), Monique Poulin (Université Laval), Claude Lavoie (Université Laval),
+
Les chercheurs qui ont travaillé sur la végétation des tourbières au Québec ont souvent caractérisé l’environnement où les relevés de végétation ont été faits. Par exemple, des données sur la chimie de l’eau et la hauteur de la nappe phréatique accompagnent souvent les données de couvert des espèces végétales de même que la présence de perturbations in situ et dans le paysage environnant. On connait actuellement assez bien les niches écologiques des mousses, notamment des sphaignes, qui caractérisent les tourbières. De même, une précédente étude a circonscrit les niches écologiques des Carex en regroupant différentes bases de données. Cependant, aucune étude n’a été publiée pour les niches écologiques des autres plantes vasculaires associées aux tourbières. Nous proposons donc de faire une méta-analyse des bases de données de diversité végétale des tourbières, qui ont été développées par plusieurs chercheurs au Québec.
Subvention de démarrage 3 : La structure génétique de deux espèces de souris coexistants au Sud du Québec – les conséquences de l’isolation et de la fragmentation des habitats
Virginie Millien (McGill University), François-Joseph Lapointe (Université de Montréal),
+
L’une des conséquences les plus importantes des changements climatiques est la hausse de température, et ce, particulièrement dans les régions tempérées. Ce changement peut considérablement nuire à l’habitat d’espèces indigènes, ce qui pourrait générer de nouvelles pressions environnementales sélectives pouvant entraîner un changement phénotypique rapide et adaptif. Au même moment, le changement adaptif pourrait être contraint (ou peut-être même facilité) par le flux génétique dans le paysage ou par la dérive génétique dans les petites populations, ce qui affecterait par conséquent l’aire de distribution des espèces indigènes. Nous proposons d’étudier ces effets potentiels en examinant la variabilité morphologique et génétique dans les populations de rongeurs du genre Peromyscus dans le sud du Québec ces cinquante dernières années.
Subvention de démarrage 4 : Étude des patrons phylogéographiques chez les plantes rares de la région écologique Grands Lacs / Saint‐Laurent
Simon Joly (Université de Montréal), Daniel Schoen (McGill University), Anne Bruneau (Université de Montréal),
+
La conservation de la diversité biologique exige fréquemment la considération d’unités inférieures à l’espèce, appelées unités désignables. Afin d’être évaluée, une population ou un groupe de populations doit répondre à certains critères. Ces critères impliquent que sans étude génétique, des populations à caractères génétiques distincts ne peuvent être identifiées et conservées. Les régions éco-géographiques revêtent aussi une grande importance dans l’évaluation du statut des espèces: une espèce peut être globalement abondante mais rare à l’intérieur d’une région écologique donnée. Ainsi, une mauvaise connaissance des zones éco géographiques peut avoir un impact important sur la conservation. Nous proposons d’étudier la diversité génétique de plantes rares de la région écologique de la plaine du Saint‐Laurent et des Grands Lacs (sud du Québec et de l’Ontario).Cette région est intéressante puisqu’elle pourrait contenir deux régions historiquement distinctes. Ces patrons seraient causés par les Appalaches qui auraient servi de barrière à la migration suite aux dernières glaciations. Si ce patron était généralisé, cela pourrait mener à une redéfinition des zones éco-géographiques et pourrait mener à certains changements de statut pour les espèces menacées de ces régions.
Subvention de démarrage 5 : La gouvernance multi scalaire de la biodiversité
Louis Guay (Université Laval), Philippe Le Prestre (Université Laval), Jaye Ellis (McGill University), Pierre André (Université de Montréal),
+
La gestion effective de la biodiversité requiert une action à des échelles multiples. Cependant, malgré les nombreux appels à l’aménagement et à une utilisation intégrée et durable des territoires, la multiplicité des niveaux d’analyse et d’action, et la nature et les impacts des interrelations entre ces niveaux, présentent des défis complexes pour une gouvernance intégrée de la biodiversité. L’objet de cette subvention est une recherche multidisciplinaire visant à élaborer une théorie appliquée (théorie ancrée) micro et macro qui permettrait, sur la base d’études de cas, de comprendre comment les processus micro affectent, voire déterminent, les changements structuraux et, inversement, comment les processus micro sont «construits» et contraints par le structurel. Dans le cas de la politique de la biodiversité, plusieurs paliers de gouvernement et de pouvoir sont concernés. La mise en œuvre de la protection de la biodiversité se fait néanmoins à l’échelle des États, des entités fédérées et locales. Dans le cas du Québec, les schémas d’aménagement et de développement et les plans d’urbanisme sont les outils principaux de la gestion des territoires habités.
Subvention de démarrage 6 : Distribution, abondance et spécificité parasitaire des mouches protocalliphoridées
Jacques Brodeur (Université de Montréal), Jade Savage (Bishop’s University), Anne Bruneau (Université de Montréal), Terry Whitworth (Washington State University), Simon Daoust (Institut de recherche en biologie végétale, Université de Montréal),
+
Les mouches du genre Protocalliphora présentent une histoire de vie très particulière : au stade larvaire, les asticots sont des ectoparasites obligatoires d’oisillons et s’alimentant du sang de leurs hôtes. Plusieurs études ont démontré que les protocalliphoridées peuvent diminuer la valeur sélective de leurs oiseaux hôtes, voire de les tuer. Toutefois, nous connaissons très peu l’écologie de ces mouches. Le Dr Whitworth dispose d’une collection de 300 000 spécimens de toutes les espèces connues, provenant de 8 500 nids d’oiseaux échantillonnés à travers l’Amérique du nord et l’Europe. Cette collection n’est à ce jour pas exploitée car elle n’est pas accessible. L’objectif de cette subvention de démarrage est de numériser puis d’intégrer dans Canadensys les informations de la collection entomologique du Dr Terry Whitworth dont une part significative des spécimens va être intégrée à la collection Ouellet-Robert de l’Université de Montréal.
Subvention de démarrage 7 : La concurrence contraint-elle le sauvetage de l’évolution dans un environnement changeant?
Fanie Pelletier (Université de Sherbrooke), Andrew Gonzalez (McGill University), Claire de Mazancourt (McGill University), Benoit Guillemette (Universtié de Sherbrooke),
+
En raison d’un changement croissant à l’échelle planétaire, le “sauvetage évolutionnaire” pourrait jouer un rôle clé dans la persistance des espèces. Ce projet a pour but d’explorer l’effet de l’achèvement sur le potentiel de réalisation du sauvetage évolutionnaire. Notre étude s’appuie sur une étude précédente au sujet de l’évolution expérimentale qui a démontrée qu’un sauvetage évolutionnaire est réalisable si la taille d’une population est assez grande et que l’ampleur des changements environnementaux n’est pas trop grande. Cependant, les modèles théoriques récents suggèrent qu’un sauvetage évolutionnaire pourrait être entravé ou même écarté en présence de compétiteurs dans l’environnement. Usant de l’évolution expérimentale, notre étude déterminera si la compétition peut limiter l’occurrence du sauvetage évolutionnaire. Les résultats de cette recherche seront probablement très importants puisque pratiquement toutes les espèces doivent faire face à la compétition. S’il peut être démontré en laboratoire que la compétition limite le potentiel de réalisation du sauvetage évolutionnaire suivant un changement environnemental, il s’en suivra une ouverture vers des études sur cet effet dans le domaine.
Subvention de démarrage 8 : Influence de la diversité au locus du complexe majeur d’histocompatibilité sur la résistance aux parasites et la survie de l’Hirondelle bicolore en milieu agricole
Dany Garant (Université de Sherbrooke), Sophie Calmé (Université de Sherbrooke),
+
Au Québec, la transition des cultures traditionnelles (plus extensives) vers les cultures intensives a été particulièrement spectaculaire au cours des clinquantes dernières années et a potentiellement entraîné des perturbations importantes au niveau des populations animales. Un groupe d’oiseaux champêtres particulièrement à risque face à l’intensification agricole est celui des insectivores aériens, majoritairement représentés par les hirondelles. Au Canada, les espèces d’hirondelles associées aux paysages agricoles ont subi un déclin annuel variant entre 2.5% et 7.5% depuis les 20 dernières années au Canada. Jusqu’à présent, la plupart des études ayant qualifié l’influence de l’intensification agricole sur ces espèces ont ciblé uniquement les effets de l’agriculture sur la richesse spécifique ou l’abondance des oiseaux champêtres. Il s’ensuit un manque flagrant de connaissance sur les mécanismes par lesquels l’agriculture affecte la diversité génétique et son impact sur l’aptitude phénotypique des individus, et par le fait même, la structure et la dynamique des populations. Le projet cherche à caractériser le complexe majeur d’histocompatibilité (CMH, à l’exon 3 du locus de classe 1) chez l’Hirondelle bicolore évoluant dans des habitats agricoles de type intensifs et extensifs dans le Sud du Québec. Ce développement permettra, par la suite, d’évaluer l’influence du nombre et du type d’allèles CMH sur la survie des adultes et des oisillons de l’Hirondelle bicolore dans ces habitats.
Subvention de démarrage 9 : Individualisme vs holisme dans l’éthique et le droit non-spéciste
Greg Mikkelson (McGill University), Colin Chapman (McGill University),
+
Au sein de l’éthique environnementale, il a beaucoup été question de si nous devions un souci moral direct aux organismes individuels seulement ou aux ensembles plus vastes aussi tels que les espèces, les écosystèmes et/ou les relations entre les organismes. Entretemps, de récents progrès en droit environnemental ont été réalisés en établissant ou renforçant les droits dont jouissent les animaux d’une main, et des écosystèmes entiers, de l’autre. Ce qui uni ensemble ces développements en éthique et droit est le fait qu’ils sont tous “non-spéciste”: ils vont au-delà des droits de l’homme afin de reconnaitre les revendications des entités non-humaines et/ou plus-qu’humaines sur les humains. Nous cherchons à répondre à trois questions traitant de ce sujet: a) Dans quelle mesure les théories de l’utilitarisme (la forme la plus prometteuse de l’individualisme moral) et de la richesse (la forme la plus prometteuse de l’holisme moral) convergent elles ou divergent elles dans leurs jugements quant à des choix concrets entre la conservation de la biodiversité et le soi-disant « développement »? b) Quelles conclusions peuvent être tirées de la Question #1 quant aux mérites relatifs des deux théories et de manière plus générale, de l’éthique de l’individualisme et de l’holisme? Et c) Quel genre de législation offre les meilleures possibilités quant à la protection de la biodiversité : le droit des animaux (tel que la constitution allemande le reconnaît) ou le droit des écosystèmes (tel que la nouvelle constitution équatorienne le soutient)?
Subvention de démarrage 10 : La suivi communautaire de la biodiversité en utilisant les appareils portatifs équipés de GPS
Murray Humphries (McGill University), Colin H. Scott (McGill University), Monica Mulrennan (Concordia University), Thora Martina Herrmann (Université de Montréal), Alain Cuerrier (Université de Montréal),
+
Les observations communautaires relatives à la terre et l’eau forment un aspect important des systèmes de savoir traditionnels ayant un potentiel d’intégration dans des programmes communautaires de surveillance de la biodiversité (CbBM). Une nouvelle approche promettante dans les CbBM consiste en la combinaison de dispositifs électroniques robustes équipés de GPS et d’un logiciel conçu pour simplifier la collecte de données sur le terrain, ce qui permet l’enregistrement rapide et précis d’observations par des observateurs non techniques de l’environnement. Le CyberTracker est un de ces logiciels originellement conçus pour « non-literate animal trackers » en Afrique du Sud. CyberTracker collecte les données au moyen d’une série d’icônes personnalisables sur l’interface d’un d’écran tactile. Cette subvention de démarrage vise à cerner les possibilités et contraintes associées à l’utilisation d’appareils portatifs équipés de GPS dans la surveillance communautaire de la biodiversité.
Subvention de démarrage 11 : Vers un code-barres ADN pour la flore du Québec
Jonathan Davies (McGill University), Simon Joly (Université de Montréal), Jeffery Saarela (University of Ottawa),
+
La province de Québec comprend quelques 2500 espèces de plantes à fleurs, ce qui représente la moitié de la diversité connue au Canada. Bien que des efforts aient été déployés depuis pratiquement 400 ans pour documenter la distribution et diversité de la flore québécoise, nous ne détenons, en dehors de quelques exceptions, que rares informations écologiques sur diverses espèces et aucune ressource compréhensive mise-à-jour sur leur taxonomie et distributions. À ce jour, la plupart des outils pour l’identification des espèces sont répartis dans la littérature scientifique sous forme de clés techniques dichotomiques utilisable uniquement par des individus formés dans la majorité des cas. Le codage à barres d’ADN est une méthode émergente d’espèces et de découverte utilisant les séquences courtes d’ADN génomique pour rapidement distinguer les espèces; une expérience taxonomique n’est pas nécessaire et l’identification peut être réalisée avec n’importe quelle partie d’une plante (fragment de feuille, racine, graine de pollen etc.) contrairement aux spécimens matures et reproductibles souvent nécessaires aux clés taxonomiques. Nous proposons ici d’initier le travail nécessaire à la création d’une banque de codes barres d’ADN qui aura pour impact de transformer l’initiation à la biologie des québécois et canadiens, permettant à n’importe qui d’identifier un spécimen dans la nature.
Subvention de démarrage 13 : La berce du Caucase: étudier la dynamique d’une invasion biologique dès son initiation
Claude Lavoie (Université Laval), Sylvie de Blois (McGill University), Jacques Brisson (Université de Montréal),
+
La plante, berce du Caucase, est très envahissante et elle constitue une nuisance pour la santé publique (dermatites). Il y a un vif intérêt de la part de plusieurs organismes pour en apprendre davantage sur cet envahisseur. Les parallèles entre la berce du Caucase et le roseau commun sont nombreux, notamment en ce qui concerne les voies de dissémination (routes) et le potentiel de lutte grâce à des mécanismes de compétition. Il y a toutefois une différence fondamentale entre les deux invasions. Si le roseau commun est présent au Québec depuis plus d’un siècle, la berce du Caucase n’a été observée en nature dans la province que depuis une vingtaine d’années. Il est donc possible que l’invasion en soit encore à son étape initiale, une étape où l’on peut agir de manière efficace pour la contrôler, sinon l’éliminer. Il est néanmoins nécessaire d’avoir un portrait réaliste de la répartition géographique et de l’envergure des populations. La présence de la berce du Caucase a été rapportée à près de 300 reprises, mais il est probable qu’une grande partie de ces mentions soient fausses, car il est facile de confondre la berce du Caucase avec d’autres espèces de plante. Nous proposons donc, avec l’aide du fonds de démarrage, de monter une base de données sur les cas rapportés et de vérifier au cours de l’été 2012 leur existence sur le terrain.
Subvention de démarrage 14 : Diversité des pollinisateurs et plantes mellifères du Québec : réalisation d’un guide de terrain
Valérie Fournier (Université Laval), Lyne Lauzon (CRAAQ),
+
Le grand public est de plus en plus sensibilisé face aux pertes de pollinisateurs et désire poser des actions concrètes pour contribuer à leur conservation. Or, en ce moment, aucun guide de terrain qui soit adapté au contexte québécois et de langue française n’existe sur les insectes pollinisateurs et des plantes qui leur sont associées. Le projet vise la réalisation d’un guide de terrain sur la diversité des pollinisateurs et des plantes mellifères du Québec. La subvention servira à élaborer la table des matières préliminaire d’un ouvrage sur les espèces de plantes et de pollinisateurs et a rédiger une demande de qui sera soumise au CDAQ (Conseil pour le développement de l'agriculture du Québec) subvention afin de réaliser l’ouvrage complet, en collaboration avec Madame Line Lauzon, chargée de projet aux publications du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ).
Subvention de démarrage 15 : Génétique du paysage des métacommunautés du zoocplancton boréal
Alison Derry (Université du Québec à Montréal (UQAM)), Pedro Peres-Neto (Université du Québec à Montréal (UQAM)), Patrick James (Université de Montréal),
+
Il est prévu que les écosystèmes aquatiques dans les régions boréales subiront des changements dramatiques dus au réchauffement climatique. Les réactions que peuvent exprimer les espèces incluent une modification de la répartition géographique, l’adaptation, ou la disparition locale si les changements spatiaux environnementaux dépassent les tolérances écologiques. Nous proposons d’appliquer un cadre paysager génétique afin de déduire la capacité relative de dispersion et de distribution de la variation génétique spatiale parmi les espèces coéxistantes de zooplancton à la grandeur du paysage boréal. Ces informations nous permettrons de comprendre la nature des réponses des métacommunautés de zooplanction face aux changements environnementaux dans les écosystèmes des lacs du grand nord qui devraient êtres soumis à des modifications importantes suite aux changements climatiques.
Subvention de démarrage 16 : La biodiversité médicinale du Québec
Alain Cuerrier (Université de Montréal), Thora Martina Herrmann (Université de Montréal), Ashleigh Downing (Université de Montréal),
+
La biodiversité médicinale est mal connue, voire négligée. On connaît très peu la médecine traditionnelle entourant les plantes indigènes du Québec ou du Canada. Les Premières Nations veulent participer et collaborer avec des chercheurs qui ont œuvré avec eux de façon éthique sur des sujets parallèles (plantes antidiabétiques, impacts des changements climatiques sur les plantes médicinales, route migratoire des caribous). Outre le simple dénombrement des plantes médicinales au Québec ou dans un milieu donné, le projet s’aventure dans des territoires inexplorés et mise sur l’originalité en calculant des indices de biodiversité médicinale. Ces nouveaux indices touchent 1) les différents habitats, 2) les différentes strates, 3) les groupes de Raunkiaer. Les indices serviront à la conservation des plantes médicinales, des habitats riches en ressources génétiques. Ils seront accessibles aux Premières Nations qui veulent protéger leur territoire et aux décideurs gouvernementaux.
Subvention de démarrage 17 : Utilisation des approches classiques paléolimnologiques et génétiques pour évaluer le rôle de la dispersion dans la structuration des communautés de zooplancton des lacs nordiques en récupération à un stress
Irene Gregory-Eaves (McGill University), Alison Derry (Université du Québec à Montréal (UQAM)), Beatrix Beisner (Université du Québec à Montréal (UQAM)),
+
Une analyse récente examinant les assemblages de zooplancton préservés dans les sédiments de surface (contentant ~5 ans de déposition) de 50 lacs boréaux soutient que l’environnement l’emporte sur les facteurs spatiaux et les facteurs de prédation dans la structuration des communautés cladocères. Ces différences de résultats soulèvent nombreuses questions stimulantes; (i) est-ce que les différences entre les études de zooplancton contemporaines et les études sur les sédiments de surface surgissent parce qu’une portion de la communauté de zooplancton produit des subfossiles rapidement identifiables dans les sédiments de lacs (principalement cladocères), et (ii) est-ce que la limite de dispersion chez les cladocères est un processus opérant sur un délai à court-terme et ainsi étant obscurci dans les sédiments? Par la présente, nous proposons de combiner des techniques génétiques innovatrices avec des analyses subfossiles de taxonomie classique afin de quantifier comment les communautés de zooplancton ont répondu à la contamination par les métaux et à la récupération des métaux au cours du dernier siècle et afin d’évaluer si ces techniques diffèrent en terme de sensibilité pour recueillir les preuves de la limite de dispersion dans les carottes de sédiment. Plus précisément, nous vérifierons l’hypothèse selon laquelle une augmentation de la richesse des espèces et de la diversité génétique durant la phase de récupération des lacs a lieu plus lentement pour les copépodes que les cladocères, considérant qu’il est anticipé que les copépodes soient plus limités quant à leur dispersion. Ce projet se concentrera principalement sur les lacs autour de Scherfferville au Québec, où l’activité minière historique a provoqué l’enrichissement métallique de nombreux lac et où un renouveau de l’activité minière est présentement en cours. Aucunes données à long terme ne sont disponibles dans le cas de plusieurs lacs nordiques et ainsi, une connaissance parfaite en ce qui concerne les analyses de sensibilité des carottes de sédiment sera essentielle pour quantifier les réponses biologiques au changement environnemental.
Subvention de démarrage 18 : Insectes herbivores dans les paysages forestiers fragmentés: Implications pour les services écologiques
Christopher Buddle (McGill University), Elena Bennett (McGill University),
+
Les paysages fragmentés ont engendré une réduction de la fonction écosystémique et de la biodiversité, ce qui peut avoir des impacts négatifs sur les services écosystémiques (SE) qu’ils supportent. Un important processus écologique répondant à la fragmentation forestière et pouvant influencer la production de services écosystémiques est l’herbivorisme, c’est-à-dire, la consommation de plantes herbacées par les insectes. Ici, nous considérerons l’herbivorisme dans les forêts caducifoliées du sud du Québec (c.-à-d. Montérégie) comme un processus modèle dans l’optique de favoriser une compréhension quantitative des relations entre la fragmentation forestière, les processus écosystémiques, et la prestation de services écosystémiques. Par conséquent, l’objectif de ce projet est de déterminer comment les prédateurs vertébrés et invertébrés d’espèces herbivores cibles (la livrée des forêts (FTC)) sont affectés par les changements de structure paysagère, et si cela peut expliquer la variation spatiale dans les habitudes d’herbivorisme dans le paysage. Ceci se concrétisera par des essais sur le terrain dans lesquels nous manipulons l’exposition de larve FTC face à la prédation dans les secteurs de forêts dominées par les érables à sucre dont les caractéristiques structurelles fondamentales varient à l’échelle sectorielle telles que la taille et la connectivité.
Subvention de démarrage 19 : Abondance et diversité des pollinisateurs sur les toits verts
Valérie Fournier (Université Laval), Danielle Dagenais (Université de Montréal), Nathalie Roullé (Auxiliaire de recherche, Chaire en paysage et environnement),
+
Les pollinisateurs jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement des différents écosystèmes urbains par leur influence sur la reproduction des plantes à fleurs. Les toits verts constituent des milieux spécifiques car ils sont exposés au soleil et au vent ainsi qu'à des extrêmes de sécheresse et de forts débits en eau. Les toits verts font partie des infrastructures vertes dont l'implantation à grande échelle pourrait réduire les impacts de l'urbanisation et des changements climatiques au Québec : Il est donc important de comprendre les éléments qui favorisent une plus grande biodiversité des insectes sur les toits verts, notamment des pollinisateurs, afin de concevoir les futurs toits verts en conséquence. L'objectif de notre étude sera donc d'identifier les caractéristiques des toits qui favorisent la présence des pollinisateurs sur les toits. Cette connaissance fournira des informations essentielles permettant d'orienter les projets d'aménagements des toits verts.
Subvention de démarrage 20 : Les représentations médiatiques de la biodiversité
Danielle Dagenais (Université de Montréal), Ira Tanya Handa (Université du Québec à Montréal (UQAM)), Sandra Breux (Université de Montréal),
+
Né en 1985, le terme de biodiversité a connu un essor depuis les vingt-sept dernières années et constitue un enjeu environnemental majeur. La fréquente référence à ce terme a cependant généré des représentations diverses et multiples. Deux principaux éléments expliquent ce foisonnement de représentations variées. Premièrement, en dépit de sa fréquente utilisation, la définition de cette notion est discutée voire incertaine, notamment parce qu'elle est utilisée par plusieurs disciplines et s'applique à plusieurs échelles. À preuve, diverses définitions et mesures de la biodiversité ont cours et font l'objet de débats au sein même du milieu scientifique et la notion même évolue. Deuxièmement, le terme biodiversité est fréquemment repris par les médias. Ces références par les médias génèrent également des représentations, parfois en porte-à-faux des définitions, résultats et théories scientifiques. Ces représentations médiatiques viennent alimenter indirectement -par leur nombre et parfois leur nature - le flou terminologique attribué à cette notion et peuvent contribuer à une mauvaise compréhension de cette notion. Cette recherche exploratoire vise à étudier les représentations de la biodiversité véhiculées par les médias écrits québécois, d'abord en établissant un portrait général et historique de l'emploi du terme puis en analysant en profondeur les significations et les qualifications qui y sont associées et leur évolution. À terme, un tel projet devrait favoriser le développement d'outils afin d'améliorer la compréhension de cette notion par le grand public, les décideurs et les acteurs chargés concevoir les instruments ou aménagements de conservation ou de valorisation de la biodiversité
Subvention de démarrage 21 : Portrait de référence de la diversité de la faune aquatique du parc national de la Gaspésie - approche multidisciplinaire
Pierre Blier (Université du Québec à Rimouski), Nathalie Le François (Université du Québec à Rimouski), France Dufresne (Université du Québec à Rimouski), Ariane Savoie (UQAR), Sébastien Ross (MRNF), Valérie Moreau (Société Cascapédia inc.), Sophie Mercier (UQAR), Yves Lemay (UQAR), Mélinda Lalonde (MRNF), Claude Isabel (Parc national de la Gaspésie), Marc Gauthier (Société Cascapédia inc.),
+
Le parc national de la Gaspésie revêt un caractère unique en raison de ses écosystèmes diversifiés qui sont représentatifs des écosystèmes du nord québécois. Actuellement, il existe peu de données concernant la diversité de la faune aquatique de ce parc. L’acquisition de connaissances permettra de mieux cibler les stratégies à adopter pour conserver cette diversité et ainsi les services écologiques associés. À l’invitation des gestionnaires du Parc de la Gaspésie le projet mis en œuvre vise à documenter la diversité d’espèces ainsi que la diversité génétique et fonctionnelle de la faune aquatique du parc, puis de relier cette biodiversité aux caractéristiques environnementales afin de tracer un portrait de référence. L’étude de la biodiversité est réalisée selon une approche transversale transdisciplinaire avec deux axes : un axe taxonomique et génétique et un axe éco physiologique. Ce projet est initié dans une perspective de suivi à long terme des écosystèmes dulcicoles du territoire, mais aussi pour mieux comprendre et détecter les changements de la biodiversité aquatique des écosystèmes du nord québécois dans un contexte de changements climatiques et de pressions anthropiques grandissantes. Le projet comporte deux volets sur la faune ichthyenne et sur la diversité d’invertébrés aquatiques. Une approche intégrée et innovatrice combinant un inventaire d’espèces, le code-barres génétique, l’éco-informatique et l’écophysiologie sera utilisée. La subvention de démarrage permettra à notre équipe d’amorcer une première campagne de collecte de données sur le terrain durant l’été 2012 en lien avec 1) des activités déjà planifiées par le MRNF au Lac York (région limitrophe au Parc de la Gaspésie ) et 2) d’intégrer l’étude de la biodiversité de ce parc au programme de biologie de l’UQAR (diagnose du lac Cascapédia par les étudiants du premier cycle) afin d’élaborer un programme plus vaste.
Subvention de démarrage 22 : Entreprise et biodiversité : une étude des pratiques de divulgation dans le secteur énergétique 
Olivier Boiral (Université Laval), Luc Bouthillier (Universite Laval),
+
Les informations divulguées dans les rapports de développement durable GRI sont a priori les plus transparentes et les plus fiables pour étudier ce type de question. D’une part, le GRI est de plus en plus considéré comme la principale norme de référence dans l’élaboration des rapports de développement durable. Ainsi, près de 80% des rapports de développement durable produits par les plus grandes entreprises mondiales utilisent ce guideline. Un des principaux objectifs du GRI est de renforcer la rigueur et la transparence des rapports de développement durable auprès des parties prenantes. Les rapports GRI peuvent avoir plusieurs niveaux d’application des indicateurs proposés par la norme. Les niveaux A et A+ qui seront retenus dans l’étude sont les plus exigeants puisqu’ils supposent une application de l’ensemble des indicateurs clés du GRI (y compris les suppléments sectoriels) et, dans le cas des rapports A+, une vérification par des auditeurs externes. Le GRI prévoit plusieurs indicateurs sur la biodiversité. On peut donc a priori supposer que les rapports GRI A et A+ divulguent des informations relativement fiables sur les enjeux liés à la biodiversité et les efforts de l’entreprise dans ce domaine. Le cas échéant, l’étude permettra de mettre en lumière les lacunes dans la prise en compte des enjeux biodiversité par les entreprises.
Subvention de démarrage 23 : Comparative Population Genetics of Estuarine and Freshwater Copepods
Alison Derry (Université du Québec à Montréal (UQAM)), Gesche Winkler (Université du Québec à Rimouski),
+
We request QCBS funds ($5000) to support the discovery of polymorphic microsatellite loci in two estuarine and freshwater calanoid copepods for which these markers do not currently exist. The development of these molecular resources will enable further collaborations between Winkler and Derry in which they plan to explore how habitat differences between estuaries and lakes influence genetic diversity and gene flow in copepod populations. Despite the ecological and evolutionary significance of copepods across a wide diversity of aquatic environments, there exist few genomic resources for understanding the maintenance of their genetic diversity. The maintenance of genetic diversity in natural populations is a fundamental question in evolution and ecology, especially in light of anthropogenic disturbance and widespread degradation of natural habitats. We will collaborate with Annie Archambault who has spearheaded bringing high through-put sequencing methods for microsatellite discovery in non-model organisms at QCBS. This project will be the first of its kind, and will therefore serve as proof of concept for an overall larger project in which we hope to attract at least 6 other researchers to conduct similar analyses for other organisms that include insects, mammals, birds, and amphibians.  A QCBS seed grant will enable us to kick-start a small collaborative project that will likely attract other QCBS researchers, which could lead to a QCBS working group/ FRQNT team grant for developing molecular resources in non-model organisms.
Subvention de démarrage 24 : Next generation DNA sequencing technologies as a tool to resolve phylogeny of closely related plants to gain instights into the evolution of biodiversity
Selvadurai Dayanandan (Concordia University), Jonathan Davies (McGill University),
+
Gaining insights into the evolution of biodiversity requires testing of hypotheses relevant to many scales of diversity ranging from plant microbe interactions through multi-species communities, which often requires robust phylogenetic trees of closely related taxa. Current progress in furthering our understanding of the evolution of biological diversity is severely hampered by the difficulties in resolving the evolutionary relationships (phylogeny) of closely related species.  This limitation could be mainly attributable to technological challenges in assessing DNA sequence variability at more than few selected genes or genomic regions with sufficient variability. The proposed project aims to close this knowledge gap by using a novel approach that capitalizes on recent advances in genomics technology.  We will use next generation DNA sequencing based, restriction site associated DNA (RAD) sequencing methodology to obtain DNA sequence data covering a much wider region of the genome from multiple individuals of several Populus species to demonstrate the feasibility of resolving the phylogenetic relationships as well as uncovering introgression and reticulate evolution among closely related species. By demonstrating a proof of concept, this project will provide us with an opportunity develop an innovative research proposal to seek funding from external sources including the NSERC and FRQNT programs for the advancement of scientific knowledge and train researchers including undergraduate and graduate students and postdoctoral fellows in cutting-edge technologies relevant to evolutionary research.
Subvention de démarrage 25 : Se réapproprier la biodiversité - Un suivi scientifique des oiseaux communs dans les écoles
François Vézina (Université du Québec à Rimouski), Dominique Berteaux (Université du Québec à Rimouski), Pierre Legagneux (UQAR), Quinn Fletcher (UQAR), Guillaume Larocque (CSBQ/QCBS),
+
Nous proposons un projet de science participative sur les oiseaux communs impliquant quatre écoles primaires de la région de Rimouski. Le projet est d'initier un suivi sur la reproduction des oiseaux communs en mettant en réseau des nichoirs. Au niveau scientifique, notre programme vise à établir un suivi de écophysiologique à moyen terme sur plusieurs espèces d'oiseaux communs en utilisant un réseau d'établissements scolaires afin de contraster la reproduction et la physiologie de ces espèces se reproduisant en milieu urbain et rural. Ce projet s'inscrit dans un objectif plus large concernant la mise en réseau d'un suivi coordonné au Québec et en France. Au niveau éducatif, nous souhaitons sensibiliser les enfants (et leurs parents) au rôle qu'ils ont à jouer pour favoriser la biodiversité au sein de leur communauté. Afin de sensibiliser les habitants et d'agir pour la reconquête de la biodiversité à la fois en ville et en campagne, ce projet s'appuie sur un réseau d'écoles présentes à Rimouski. Ce programme se déroulera dans 4 écoles (2 en milieu rural et 2 en milieu urbain). Ces écoles sont affiliées au mouvement des Etablissements Verts Brundtland de la Centrale des syndicats du Québec (EVB-CSQ) qui mènent des programmes d'éducation à l'environnement dans plus de 1000 établissements scolaires à travers la province. Le suivi de la reproduction sera assuré à la fois par des étudiants de l'UQAR et par les enfants eux-mêmes. Ce programme bénéficiera d'un site Internet dédié où l'enfant pourra transmettre l'information. La position de l'ensemble des nichoirs sera cartographiée ce qui permettra de rentrer facilement les données de façon standardisée. L'ensemble des données recueillies sera rendu publique. Nous avons composé une équipe pluridisciplinaire comportant des biologistes et des spécialistes en éducation et vulgarisation. Nous avons également identifié des parents-relais dans chaque école visée prêts à promouvoir le projet. Ces parents travaillent tous à l'UQAR et ont un ou plusieurs enfants scolarisés dans une école du réseau EVB-CSQ.
Subvention de démarrage 26 : Anthropogenic impacts on biodiversity, fish habitat, and health of Grand Lac St. François and other winter-drawdown lakes and reservoirs
Irene Gregory-Eaves (McGill University), Christian Nozais (Université du Québec à Rimouski), Chris Solomon (McGill University),
+
Hydrologic alterations, such as the construction of dams and subsequent water level management, have had major impacts on aquatic ecosystems around the globe. Grand Lac St. François (GLSF) is a large and faunally-diverse lake in southern Québec. Normal dam operations on the outflow stream here lead to large (up to 6 m) and variable winter water level drawdown in GLSF. Smaller drawdowns occur in many other lakes in the region. In this project we will investigate the effects of these drawdowns on the abundance and biodiversity of invertberates and fishes in these lakes, and begin to explore potential implications for major recreational fishery species.
Subvention de démarrage 27 : Parallel Adaptive Divergence across Multiple Spatial Scales
Rowan Barrett (McGill University), Andrew Hendry (McGill University),
+
Much research has explored ecological variation as a driver of adaptation, which can in turn increase biodiversity through speciation. Identifying the mechanisms and dynamics of this process is important for understanding both past and present patterns of biodiversity. Perhaps even more importantly, understanding how ecology shapes biodiversity in natural settings can allow us to make informed predictions of how biodiversity will respond when faced with human-driven changes in ecology. While many studies look at how two or more different environments promote ecological diversification in a single set of populations, such analyses represent a single replication, and the results may not be applicable to other populations. Parallel adaptive evolution provides a naturally replicated experiment with which we can test the generality of biodiversity patterns driven by ecological factors. The threespine stickleback (Gasterosteus aculeatus) species complex contains numerous ecotype pairs produced primarily via ecologically driven diversification. One such pair, lake-stream, has been found in disparate regions of the species range, from Vancouver Island to Ireland to continental Europe. Such an expansive distribution makes these pairs the ideal candidate for tests of parallel adaptive divergence. Tests of parallelism of Vancouver Island pairs have shown that some morphological traits and genetic markers are strongly predicted by environment type, indicating that ecology can predict patterns of biodiversity.         This project aims to expand this test of parallel adaptive diversification to encompass lake-stream pairs across continents.  Our goal will be to sample specimens from Quebec, Alaska, Ireland, and central Europe. Using established protocols, phenotypic differences in body shape, foraging traits, and diet will be quantified and tested for parallel adaptive divergence. To test for parallel genotypic divergence, restriction-site associated markers will be used to gain a wide measure of diversity across the genome. We can then test if pairs that show parallel phenotypic divergence also show parallel genotypic divergence.             The results of this study will contribute towards a greater understanding of the predictive nature of ecologically driven adaptive divergence in threespine stickleback. Such knowledge will provide valuable insight when species are confronted with anthropogenic changes to their environments, and will be faced with adaptation versus potential extinction.
Subvention de démarrage 28 : Démonstration de l'utilité de la méthode Genotyping-by-sequencing (GBS) pour l'étude de la biodiversité
Simon Joly (Université de Montréal), Stéphanie Pellerin (Université de Montréal), Monique Poulin (Université Laval),
+
Les méthodes de séquençage «nouvelle génération» gagnent rapidement en popularité dans plusieurs facettes de la science de la biodiversité.  Les techniques traditionnelles comme les microsatellites en génétique des populations ainsi que les AFLP en génétique quantitative sont vouées à être remplacées par les techniques de séquençage par représentation réduite ("reduced-representation sequencing") et ce, dans des délais très rapprochés. Ces nouvelles méthodes sont rapides et relativement peu dispendieuses, mais requièrent de bonnes connaissances en bioinformatiques qui elles-mêmes nécessitent un effort d'apprentissage considérable afin de bien les maîtriser. Cette demande vise à démontrer l'utilisation de la méthode de genotyping-by-sequencing (GBS) pour deux applications importantes en science de la biodiversité, soit la diversité de populations de plantes indicatrices modèles et la création d'une carte génétique d'une espèce non modèle dans le but de cartographier des loci de traits quantitatifs (QTLs) liés à la spéciation écologique.