QCBS Working Groups

Working Group 24

Comment contribuer à un développement durable sans perte nette de milieux humides et optimiser la planification de la conservation et la restauration/création de milieux humides, notamment en regard des changements climatiques.

Le gouvernement a déposé récemment le projet de loi 132 concernant la gestion des milieux humides au Québec. Ce nouvel outil législatif impliquera que les promoteurs désireux d’effectuer des travaux en milieux humides respectent la séquence d’atténuation des impacts pour ces milieux. Cette séquence vise d’abord 1) à éviter les perturbations en milieux humides, et si ce n’est pas possible, 2) à en minimiser les impacts, et 3) à compenser les pertes de milieux humides par de la restauration ou création de milieux humides. Notre groupe de travail s’intéresse à l’écologie des milieux humides au Québec et à l’amélioration des approches de conservation et de gestion de ces milieux, notamment aux approches de compensation. Nous avons bénéficié d’une première année de financement qui nous a permis d’élaborer et d’obtenir une subvention du CRSH de 252 853$ qui nous permettra d’identifier les outils législatifs favorisant l’atteinte de l’objectif d’aucune perte nette de milieux humides. Au terme de cette première année, notre groupe de travail a également produit un mémoire (60 pages) visant l’amélioration du projet de loi 132, mémoire qui a été présenté en commission parlementaire le 16 mai dernier. Nous visons ici un renouvellement du groupe de travail pour deux ans. Notre objectif est de poursuivre les discussions quant à la gestion des milieux humides afin de maintenir notre rôle de veille scientifique en regard du développement des outils législatifs en cours au gouvernement. Nous voulons également développer des méthodes pour la planification de la conservation et de la restauration/création de milieux humides, notamment dans un contexte de changements climatiques, afin d’optimiser l’apport en services écologiques régionalement.

Members

Jérôme Dupras (Université du Québec en Outaouais), Monique Poulin (Université Laval), Stéphanie Pellerin (Université de Montréal), Sophie Lavallée (Université Laval),

Progress

Title Event Number of Participants Date

Literature