Gaëlle Crête

Université de Montréal
Candidat M.Sc.

superviseur(e): Thora Martina Herrmann
Elke Schuttler (non-membre) Université de Magallanes, Chili
Début: 2016-09-01

Projet

Espèces végétales invasives dans la Réserve de la Biosphère du Cap Horne : situation actuelle, tendances futures et intégration des différents acteurs
La croissance récente des activités anthropiques a contribué à une augmentation des invasions biologiques à travers le monde et menace aujourd’hui les écosystèmes. Situé dans la partie la plus australe de la Patagonie chilienne, l’archipel du Cap Horne pourrait être particulièrement sensible aux invasions de par sa richesse écologique unique. Une augmentation importante du tourisme ainsi que la découverte de plusieurs espèces végétales invasives soulèvent de nouveaux enjeux dans la région. Par ailleurs, il est attendu que les changements climatiques affectent plus fortement les régions polaires et subpolaires, ce qui pourrait amener une augmentation ainsi qu’un changement de la distribution locale des espèces végétales invasives. En ce sens, la présente étude tente de : (i) comparer la distribution et l’abondance des espèces végétales invasives depuis les dix dernières années dans la région, (ii) déterminer la distribution potentielle future des espèces en fonctions des changements climatiques et (iii), intégrer les observations des différents acteurs. Un échantillonnage des espèces sera effectué sur le terrain et les données recueillies seront implémentées dans MaxENT afin de modéliser les distributions potentielles. Des entrevues semi-dirigées et des questionnaires seront conduits localement afin d’intégrer une composante sociale, ce qui constitue un domaine émergent dans les recherches portant sur les invasions biologiques puisqu’il pourrait faciliter l’implantation d’un plan de cogestion des espèces problématiques. La présente étude contribuera à fournir une ligne directrice pour le plan de cogestion des espèces invasives prévu ainsi que des données en vue d’agrandir les zones de conservation dans la Réserve.

Mots-clés

invasive plants, Subantarctic, Local observations, modelling