Commandité par le CSBQ et l’Université Concordia

Date:

3-4 avril 2014

Lieu:

Université Concordia, édifice Hall (1455 de Maisonneuve O.), salle H763-765

Organisateurs :

Annie Lalancette, Candidate au doctorat, programme individualisé, Université Concordia

Monica Mulrennan, Professeure agrégée, Département de géographie, urbanisme et environnement, Université Concordia

Peter Stoett, Professeur agrégé et Directeur du Centre de recherche Loyola sur la durabilité

Description

Cet événement comprend un atelier de formation d’une journée complète sur la facilitation suivi d’une seconde journée de présentations par une sélection de chercheurs et de professionnels s’intéressant aux interactions humain-environnement. Cet événement s’adresse entre autres aux professionnels de la protection de la flore et de la faune, des aires protégées et de la conservation des ressources naturelles qui sont directement impliqués dans des programmes visant à minimiser les conflits humain-environnement, ainsi que toutes personnes confrontées à ces conflits à travers leur propre recherche ou leurs activités de gestion. Les personnes souhaitant en apprendre davantage sur la facilitation et la gestion des ressources humaines pourront aussi développer d’importantes compétences. Le professeur Alistair Bath dirigera l’atelier de formation sur la facilitation et agira à titre d’orateur principal invité. Dr Bath est professeur agrégé à l’Université Memorial et est un membre de l’Initiative des grands carnivores pour l’Europe (un groupe de la Commission pour la sauvegarde des espèces de l’UICN). Il a accumulé plus de 25 ans d’expérience sur les conflits entre humain et protection de la faune et sur les problématiques de la dimension humaine en gestion des ressources naturelles. Il a dirigé plusieurs projets de recherche au Canada, aux États-Unis et à travers l’Europe sur des problématiques incluant la réintroduction, le contrôle, les interactions entre humains et la faune, ainsi que sur les croyances et attitudes envers des espèces sauvages telles que les loups, les coyotes, les ours et les orignaux.

ÉVÉNEMENT GRATUIT

Une inscription est requise en raison du nombre de places limitées (vous pouvez vous inscrire soit à un ou aux deux jours).

Un dîner et des collations (pauses café) seront servis aux participant(e)s inscrit(e)s.

JOUR 1 (3 avril): Atelier de formation sur la facilitation dirigé par le Dr Alistair Bath (maximum 50 personnes)

Journée complète: 9h15-16h30

Bath1

Nous vous invitons à vous joindre au Dr Alistair Bath alors qu’il partagera ses trucs et astuces ainsi que ses expériences sur la façon de travailler efficacement avec les gens vers l’obtention de consensus. Durant les 25 dernières années, il a toujours réussi à guider les gens vers une entente et il a de nombreuses histoires à raconter. Les gens seront appelés à participer activement tout au long de la journée alors qu’Alistair assumera et décrochera de son rôle de facilitateur pour expliquer ce qu’il fait et pourquoi il le fait. Venez en apprendre davantage sur les signaux que vous et les gens qui vous entourent envoyez et, surtout, sur la façon d’installer une atmosphère conviviale, non intimidante et productive pour atteindre un consensus sur des enjeux délicats. Venez passer une journée agréable alors qu’Alistair puisera dans son répertoire d’anecdotes professionnelles qui inclut :

  • travailler sur des concepts de biodiversité urbaine avec des Israéliens et Palestiniens;
  • réunir des représentants de cinq religions différentes à Jérusalem afin de conclure un accord sur des sites de pèlerinage accessibles et écologiques;
  • amener des pays des Alpes à gentiment trouver un terrain d’entente pour la gestion des grands carnivores;
  • établir une aire protégée transfrontalière entre l’Arménie et la Turquie;
  • en apprendre sur la gestion des bisons auprès de groupes autochtones.

Vous aurez l’opportunité de poser des questions et repartirez munis de trucs à essayer auprès de vos amis, votre famille ou vos collègues et doté de techniques à mettre en pratique au sein de groupes où vous désirez atteindre un consensus.

JOUR 2 (4 avril) Symposium (maximum 100 personnes)

Journée complète: 9h15-16h30, programme complet

porcupine_caribou_herdNotre but est de réunir des étudiants, des chercheurs et des professionnels de différents milieux et possédant une expérience pertinente des problématiques liées aux interactions humain-environnement. Nous voulons ainsi créer une opportunité unique pour les gens impliqués dans la recherche sur la biodiversité, l’élaboration de politiques ou la gestion d’explorer les applications pratiques de l’approche de la dimension humaine. Nous espérons que ce symposium encouragera la coopération et l’apprentissage dans un groupe pluridisciplinaire et qu’il contribuera à nourrir le débat sur le rôle actuel et potentiel de la dimension humaine dans la lutte contre le déclin de la biodiversité. La présentation d’ouverture par le Dr Alistair Bath (voir ci-dessous) sera suivie par des présentations orales choisies. La journée se terminera par un panel de discussion informel et une période de questions. Le programme complet sera affiché dès qu’il sera finalisé, alors veuillez s’il vous plaît consulter cette page régulièrement.

L’APPEL À CONTRIBUTION EST MAINTENANT TERMINÉ

Présentation d’ouverture: Dr Alistair Bath, professeur agrégé, Université Memorial, Terre-Neuve, Canada.  Page web

La population et la conservation: Le rôle de la recherche sur les dimensions humaines et les approches appliquées.

La recherche sur les dimensions humaines (DH) représente un aspect important de l’exploration des interactions entre les humains et la faune qui cherche à développer notre compréhension des attitudes, croyances, valeurs, intentions et comportements qui façonnent ces interactions.

La recherche DH nous aide à identifier les croyances et explorer les lacunes en terme de connaissances liées aux attitudes divergentes, nous permettant de développer une communication ciblée et des stratégies de communication et d’éducation plus efficaces. Les études DH permettent aussi d’identifier les types de conflits, une première étape dans la résolution de conflit. Les chercheurs DH explorent aussi les intentions de comportement qui supportent ou opposent certaines actions de gestion, permettant les gestionnaires de mieux comprendre les nombreux points de vue des parties prenantes et le niveau de support pour certaines actions.  De nombreux exemples provenant de l’Amérique du Nord et de l’Europe sont utilisés afin d’illustrer cet aspect de la recherche DH. Par contre,  la recherche DH ne donne qu’une perspective éclairée au gestionnaire. Elle ne parvient pas à résoudre des problématiques concrètes.

Picture2Le travail DH appliqué permet de mieux comprendre les problématiques et de trouver des solutions à celles-ci. Alors que le succès dans les efforts de conservation est souvent associé à une participation significative et efficace des parties prenantes, il y a peu d’exemples dans lesquels le gouvernement en question a réellement pris le temps de développer des relations de confiance avec les groupes d’intérêt et des plans de gestions par l’entremise d’outils de consensus.

Trop souvent, les efforts de consultations publiques se résument en une rencontre rapide ou l’on présente un plan préliminaire de gestion ayant été créé entièrement par l’agence faunique en question. Ce n’est donc pas surprenant que de tels plans ne soient pas mis en œuvre avec succès et que les problématiques de conservation persistent. Le développement complet d’un plan de gestion, l’obtention d’une vision commune, de principes communs, l’acceptation des données biologiques, des menaces et des quotas de chasse requièrent un processus concret.

Par l’entremise de cet atelier, nous explorerons ce processus, qui, à jour, a démontré un taux de consensus de 100% dans la gestion du loup en Croatie, un plan de gestion de l’ours brun et du loup en Bulgarie, un projet actuel de développement d’un plan de gestion de l’ours brun en Slovaquie, nombreux plan dans le Grand Nord canadien avec des communautés autochtones et de nombreux autres gouvernements qui tentent de mieux comprendre et de résoudre les nombreux enjeux concernant la population de caribou de Bathurst.

Cet outil sera enseigné en plusieurs étapes utilisant ces expériences comme exemples. Les participants devraient y obtenir une forte compréhension de l’approche DH des points vus recherche et appliqués et comprendront le rôle critique des parties prenantes dans les efforts de conservation.

 

SVP vous inscrire pour l’atelier et/ou le symposium ici:

Symposium registration/ Inscription symposium

Programme complet (PDF)

Inscription
9h00-9h10 Ouverture/Mot de bienvenue
9h10-10h05 Conférencier invité:
“Involving People in Conservation: The Role of Human Dimensions Research and Applied Approaches”
Alistair Bath, Université Memorial
10h05-10h25 Pause café
10h25-10h45 “Wild in the City: Investigating Diverse Visions of Nature in Canada’s First National Urban Park” David Lawless, MSc en Biodiversité, conservation et gestion, Université Oxford
10h45-11h05 « Le projet de paysage humanisé de l’île Bizard et les défis de la création d’une aire protégée en zone habitée » Sabine Courcier, Direction des grands parcs et du verdissement, Ville de Montréal
11h05-11h25 « Quand la salamandre pourpre rencontre Revenu Canada : privatisation de la conservation et représentations sociales de la biodiversité comme moteurs des trajectoires rurales du sud du Québec » Olivier Craig-Dupont et Gérald Domon; Université de Montréal
11h25-11h45 “Designing a coyote experimental education program using local public engagement research” Carly Sponarski1, T.A. Loeffler1, Jerry J. Vaske2, et Alistair J. Bath11 Université Memorial
2 Université de l’état du Colorado
11h45-12h05 “Synergies and trade-offs between restoring biodiversity and ecosystem services in degraded African tropical rainforest” Aerin L. Jacob1,2, Martin J. Lechowicz1, Pete Parker2, et Colin A. Chapman1
1 Université McGill,
2 Université Vancouver Island
12h05-13h05 Dîner
13h05-13h25 “Community-based lake sturgeon conservation in the Cree community of Nemaska, James Bay, northern Quebec” Marc Dunn, Lawrence Jimiken et Nadia Saganash, Corporation Niskamoon
13h25-13h45 “Conventional Management and Indigenous Fisheries: Current and Potential Impacts of a Proposed Quota Management System for the Torres Strait Tropical Rock Lobster Fishery” Annie Lalancette et Monica Mulrennan, Université Concordia
13h45-14h05 “Wapishana Proposed Customary Resource Management of the Rupununi” Katherine MacDonald, Université York
14h05-14h25 « La dimension humaine de la conservation et de la gestion des forêts tropicales : le challenge associé au cas des populations autochtones dans le bassin du Congo » Nathalie Fernando, Université de Montreal
Philippe Auzel, Centre de la science de la biodiversité du Québec
Kimbembé Bienvenue, Wildlife Conservation Society
14h25-14h45 « Les perspectives de la biodiversité en Afrique subsaharienne : repenser collectivement le modèle de gestion » Robert Kasisi, Université de Montréal
14h45-15h05 Pause café
15h05-15h25 “How photo-elicitation with farmers can reveal levers for biodiversity-friendly practices on private land” Kate Sherren, Université Dalhousie
15h25-15h45 “How scenario development can enhance stakeholder understanding of trade-offs and synergies in ecosystem services” Sylvestre Delmotte, Delphine Renard, Andrew Gonzalez, Martin J. Lechowicz, Jeanine Rhemtulla, et Elena Bennett; Université McGill
15h45-16h05 “Toward the Integration of Biodiversity in One Health” Cristina Romanelli, David Cooper et Braulio Dias
Secrétariat, Convention sur la diversité biologique
16h05-16h25 “Outside the box with WWViews: Exploring the human dimension of biodiversity with a worldwide public engagement event” David Secko, Patricia Hanney, Ernest Hoffman et Shirley Tran; Université Concordia
16h30-17h30 Discussion avec tous les participants

 

 

Pour plus d’informations: annie.lalancette@gmail.com ou nicolas.brunet@mail.mcgill.ca