Atelier de travail sur économie, société et biodiversité

De la dépendance aux opportunités

Afin de permettre au milieu des affaires, aux municipalités et autres organisations d’apporter leurs contributions à conservation de la biodiversité, une réflexion à débuté dans le cadre du projet Bilan Biodiversité des Entreprises au Québec (PBBEQ) et elle s’est traduit par la mise en place de la Plate-forme biodiversité du CSBQ, un regroupement de partenaires dont la vocation est de réunir le monde de la recherche, les entreprises, les municipalités, les gouvernements et les organisations du Québec.

Cette initiative sous l’égide du Centre de la science de la biodiversité du Québec se positionne dans un contexte plus global recherche de durabilité par les organisations comme base d’un développement durable de nos sociétés.

L’atelier du 7 décembre 2011, organisé par la Plate-forme biodiversité du CSBQ et ses partenaires, est la première édition du forum de concertation élargie sur les questions de biodiversité dans les entreprises.

Les objectifs de cet atelier sont les suivants :

  • Effectuer un examen des enjeux relatifs à la biodiversité et aux services écologiques pour les entreprises, les municipalités et les organisations et citoyens
  • Présenter une revue des stratégies et des outils disponibles pour la prise en compte de la biodiversité et des services écologiques
  • Faire le point sur le développement de nouveaux outils pour prendre en compte la biodiversité et les services écologiques

Les trois sessions de l’atelier seront composées de  présentation avec, à chaque fois, une mise en parallèle de visions globales ou théoriques avec des expériences pratiques présentées par les entreprises. A la fin de l’atelier, au dîner, il y aura des échanges avec les partenaires du PBBEQ et les représentants des entreprises, municipalités et organisations en vue de la phase II du projet au cours de laquelle des entreprises pilotes mèneront des auto diagnostic de leurs impacts et interdépendances envers la biodiversité et les services écologiques.

Atelier CSBQ 2011

Contexte

L’érosion de la biodiversité trouve son origine dans plusieurs facteurs agissant souvent de façon cumulative: (a) La dégradation et la destruction généralisée des écosystèmes, conduisant à l’homogénéisation des milieux sur des surfaces de plus en plus importantes , (b) L’exploitation excessive des ressources issues du monde vivant, à une vitesse et via des modes d’appropriation ne permettant pas leur renouvellement (ex. des pêcheries) , (c) L’introduction intentionnelle (agriculture) ou non (trafic maritime, infrastructures de transport fluvial) d’espèces exotiques pouvant envahir les écosystèmes et en bouleverser le fonctionnement , (d) Les changements  climatiques , causés en grande partie par les émissions de gaz à effet de serre, qui influence directement l’évolution des écosystèmes, notamment la distribution des espèces qui les composent , (e) Des pollutions de toute sorte affectant directement et indirectement le fonctionnement des écosystèmes (ex. milieux aquatiques) et, en conséquence, les distributions spatio-temporelles de leurs composantes biologiques . Ces menaces sur la biodiversité demeurent à ce jour parmi les plus difficiles à saisir parmi les enjeux socio-écologiques auxquels nos sociétés font face.

Les entreprises et les organisations comme les municipalités sont impliquées dans cette érosion de la biodiversité et des services écologiques (BSE). Elles réalisent des profits à partir (a) de l’appropriation de ressources renouvelables (ex. pêcheries) ou épuisables (ressources fossiles), (b) de la destruction de BSE (construction d’infrastructures), (c) de l’homogénéisation des systèmes vivants (monocultures) ou encore (d) de la réparation des dommages causés par autrui (ex. destruction des pollinisateurs); les quatre modèles de développement agissant souvent en synergie sur un même territoire.

Devant des estimations alarmistes sur les coûts de l’inaction en matière de biodiversité  l’attention se focalise un peu plus sur les efforts à mettre en œuvre pour stopper cette érosion. Les entreprises les plus innovantes ont compris que le système de réglementation actuel pourrait changer : l’évaluation économique de la biodiversité et des services écologiques dont elles dépendent devient une préoccupation de premier plan pour certaines et ouvre de nouvelles perspectives d’affaires pour plusieurs d’entre elles.

Afin de permettre au milieu des affaires, aux municipalités et autres organisations d’apporter leurs contributions à conservation de la biodiversité, une réflexion à débuté dans le cadre du projet Bilan Biodiversité des Entreprises au Québec (PBBEQ) et elle s’est traduit par la mise en place de la Plate-forme biodiversité du CSBQ, une un regroupement de partenaires dont la vocation est de réunir le monde de la recherche, les entreprises, les municipalités, les gouvernements et les organisations du Québec. Cette initiative sous l’égide du Centre de la science de la biodiversité de se positionne dans un contexte plus global de recherche de durabilité par les organisations.

Programme de l’atelier

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET (PDF).

8:45-8:50 – Mot de bienvenue

8:50-9:15 – Ouverture de l’atelier par Ravi Sharma, PNUE- secretariat CDB

Les enjeux biodiversité et services écologiques pour les entreprises, municipalités et autre organisations du Québec

9:15-9:30 – Présentation 1 : Concepts généraux : impacts, dépendances et opportunités, Marie-France Turcotte, Chaire de responsabilité sociale et de développement durable, UQAM et Jean Pierre Revéret, UQAM

9:30-9:45 - Présentation 2 : L’intégration de la biodiversité et des services écologiques dans la stratégie d’une entreprise d’utilité publique, André Besner, Manager – Environment and Sustainable Development, Hydro-Québec

9:45-10:00 - Présentation 3 : Pour quelles raisons les PME devraient s’intéresser a la biodiversité, Bertrand Dumont, Fédération Inter disciplinaire de l’Horticulture Ornementale du Québec

10:00-10:15 – Présentation 4 : Biodiversité et services écologiques : enjeux et challenges dans l’aménagement du territoire  pour les municipalités et les parties prenantes, Isabelle Boucher, Direction Générale de l’Urbanisme et de l’aménagement du territoire, MAMROT

10:10-10:25 – Période de discussion

10:25-10:45 – Pause

Les stratégies et outils disponibles pour la prise en compte de la biodiversité et des services écologiques

10:45-11:00 - Présentation 5 : La prise en compte de la biodiversité dans les processus d’études d’impacts des projets sur l’environnement au Québec, Pierre André, Département de géographie, Université de Montréal, et Claude Delisle, professeur retraité, École Polytechnique de Montréal

11:00-11:15 – Présentation 6 : Étude des services écologiques – Projet de modernisation de Baie-Comeau par Jean-Pierre Barry, Représentant à l’environnement Projet de modernisation et Lise Sylvain, Directrice régionale Développement durable

11:15-11:30 – Présentation 7 : Évaluation des biens et services non marchands dans le cadre des processus de compensation : exemples, enjeux et chemin à parcourir pour disposer d’outils d’aide a la décision, Stephane Martinez, MRNF,

11:30-11:40 - Période de discussion

Une plateforme spécifique au CSBQ pour développer ensemble vers de nouveaux outils pour prendre en compte la biodiversité et les services écologiques

11:40-12:00 - Présentation 8 : Une plate-forme économie-société et biodiversité au CSBQ : vers un partenariat structurant pour relever les défis en matière de protection de la biodiversité et de maintien des services écologiques au Québec. Présentation du premier outil : Référentiel et démarche pour un autodiagnostic des impacts et des interdépendances à la biodiversité. Mathieu Larocque, UQAM, Jean Pierre Reveret, UQAM, Francois Durand, Hydro-quebec, Benoit Limoges,MDDEP, Lorraine Rouisse, Association de l’Aluminium du Canada, Bertrand Dumont, FIHOQ, Andrew Gonzalez, McGill University-CSBQ, Joel Houdet, Accountants @ Law (Pty) Ltd and Synergiz et Philippe Auzel, CSBQ

12:00-12:15 – Période de discussion

12:15-12:20 – Clôture de l’atelier

12:30-13:30 – Lunch – échanges avec les partenaires du PBBEQ et les représentants des entreprises, municipalités et organisations en vue de la phase II du projet